• Twitter
  • Pin It
  • Twitter
  • Pin It

En voulant cacher un délit de conduite en état d’ivresse, un homme aux Etats-Unis a récemment subi les conséquences du fameux « effet Streisand ». En rachetant un grand nombre de journaux, son histoire est en effet devenue virale dans les médias du monde entier.

Au départ de cette histoire, une banale affaire relatée par un journal local américain, le « Times of Wayne County ». Le récit d’un américain de 43 ans emmené au poste de police pour conduite en état d’ivresse. Là-bas, celui-ci refuse d’obtempérer à l’alcootest et que son emprunte digitale soit prise. Il insulte également les policiers et devient furieux à l’idée qu’une photo prise de lui puisse être publiée dans le journal local ; il craint pour sa réputation.

Il avait raison. Peu de temps après, le journal local publie un article sur cette affaire avec sa photo prise au poste (mugshot), chose courante aux Etats-Unis.

Mais l’histoire serait trop simple si elle s’arrêtait là. Suite à la parution de l’article, l’homme incriminé, afin d’éviter que l’information publiée à son sujet ne se propage, achète alors pas moins de 1 000 exemplaires du journal local, à 1,25 dollar l’unité.

Malheureusement pour lui, le « Times of Wayne County » est tiré… à 12 000 exemplaires. De plus, les commerçants vendent la mèche au journal local.

Résultat, la nouvelle de ce geste, que l’on pourrait qualifier de désespéré et maladroit, apparaît dans une mise à jour de l’article du site du Times of Wayne County. L’histoire est bientôt reprise par les médias. Le journal local surfe sur le scoop et publie même un deuxième article pour relater que la presse nationale et internationale s’est emparée de l’histoire. Le nom de l’homme est mentionné dans tous les articles.

effet streisand média

Copie d’écran de l’article de BFMTV sur le sujet. ©BFMTV

Voici une capture d’écran montrant les résultats de la première page Google lorsqu’on tape son nom depuis sa ville d’origine, Rochester (voici la méthode pour savoir comment localiser les résultats Google). La page montre désormais une quantité importante de résultats négatifs (en rouge). Ceux-ci proviennent d’articles de médias reprenant cette affaire.

google search effet streisand

Première page Google du prénom & nom de l’homme incriminé. Requête géolocalisée dans sa ville

Le journal local américain Times of Wayne County ne s’attendait certainement pas à avoir un des ses articles, à l’origine banal, être repris par la presse internationale et les internautes du monde entier. Cette affaire illustre très bien le fameux « effet Streisand ». En essayant de dissimuler une information incommodante pour lui, l’homme a provoqué involontairement un buzz médiatique qui porte atteinte à son e-réputation.

Plutôt que de tenter de dissimuler son arrestation, il aurait dû faire profil bas. Le silence (ou les excuses) constituent souvent la meilleure réponse face à la publication d’informations incommodantes, d’autant qu’Internet oublie rarement.

Note : S’il avait été résident Européen, on lui aurait aussi conseillé de faire jouer son droit à l’oubli avec notre service Forget.me. Malheureusement pour lui, il ne lui reste plus qu’à choisir une bonne agence e-réputation