Blog e-réputation, SEO et Content Marketing

Infographie : 2015 année record des plaintes liées à l’e-réputation

2015 a été une année record pour les plaintes liées à l’e-réputation. En effet, il y a eu une augmentation notable de plus de 36 % des plaintes en un an. C’est le chiffre impressionnant annoncé par la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) dans son rapport annuel. Le nombre de plaintes reçues par l’institution passe de 5802 en 2014 à 7908 en 2015. « L’opposition à figurer dans un fichier, tous secteurs confondus, constitue le principal motif de plaintes, ainsi que l’exercice du droit d’accès [aux données] », a précisé la CNIL dans un communiqué. L’institution explique cette augmentation par « la prise de conscience croissante des citoyens, notamment dans la gestion de leur réputation en ligne ».

La  majorité des plaintes sont ainsi liées à l’e-réputation (pour 36 % d’entre elles).  Cela passe par exemple par l’augmentation de l’egosurfing (71% des Français cherchent leur nom sur les moteurs de recherche selon une récente étude IPSOS), une tendance du à une curiosité des français en la matière mais également une vraie inquiétude par rapport à leur e-réputation. L’augmentation des articles médiatisés sur les données personnelles amène également une sensibilisation des citoyens sur le sujet. Cette hausse des demandes s’explique enfin par le fait que 65 % des demandes ont été effectuées sur le site de la CNIL grâce au nouveau service de dépôts de plaintes en ligne.

cnil site plaintes e-réputation

Copie d’écran du service de plaintes en ligen de la CNIL

Conséquence, les français n’hésitent pas à déposer une plainte auprès de la CNIL pour les raisons suivantes :

  • suite au refus d’un éditeur (ex: site web) d’accéder à leur demande de retraits de contenus ou de déréférencement.
  • suite à la non acceptation d’un moteur de recherche de déréférencer les URLs provenant des annuaires, des blogs, des pages web perso, des sites marchands, des sites de presse ou encore des réseaux sociaux. En 2015, la CNIL a ainsi reçu près de 450 plaintes de personnes physiques qui se sont vues opposer un refus après une demande de déréférencement auprès d’un moteur de recherche. Suite à cela, la CNIL est intervenue auprès des moteurs de recherche pour leur demander une demande de déréférencement dans 30 % des dossiers traités, de nombreuses demandes ne respectant pas le cadre du droit à l’oubli (par exemple avec des demandes concernant de personnes morale ou portant sur le respect du droit d’auteur).

Les plaintes reçues par la CNIL concernent en majorité l’e-réputation, le commerce et le marketing, les ressources humaines et la banque ou le crédit

Si 36 % des demandes totales  en 2015 concernent des plaintes liées à l’e-réputation, les plaintes principales reçues par la CNIL sont également liées au secteur commercial, pour 26 % d’entre elles, à la gestion des ressources humaines pour 16 % d’entre elles et à la banque ou au crédit pour 10 % d’entre elles.

infographie CNIL

Infographie : les plaintes reçues par la CNIL en 2015

 

Laissez un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).